PRATIQUE MATH

Accueil du site > APPROCHE PAR COMPETENCE ET SOCLE COMMUN > MODALITES DE FONCTIONNEMENT : Trois référents de l’action de l’enseignant de (...) > Prendre en compte l’hétérogénéité comme un fait et non comme une anomalie à (...) > Travail personnel de l’élève

Travail personnel de l’élève

Un contrat à installer, des attitudes à développer.

mardi 30 juin 2009, par Alfred Bartolucci


Nous proposons quelques repères à travailler avec les élèves en situations pour qu’ils développent des attitudes propices à comprendre. Ce document n’est pas à remettre aux élèves. C’est un appui pour l’enseignant pour stimuler des attitudes proactives chez les élèves en situations en classe.

_ J’ai un travail à faire … Pourquoi et pour quoi le prof me l’a-t-il donné ? Quand un travail est à faire le premier but ce n’est pas de l’avoir fait ! Dans certains cas, « avoir fait son travail », est très insuffisant !

Faire son travail n’est pas LE but mais UN moyen.


En faisant un travail donné j’ai l’occasion de revenir sur, de revoir, de retrouver …, de me questionner sur ce qui a été travaillé en classe et que j’ai commencé à comprendre. En faisant ce travail je poursuit la compréhension du savoir en jeu. Comprendre ce n’est pas un processus qui a un début et une fin ! Même pour des choses apparemment simples, que l’on pense avoir comprises, on continue à comprendre toute sa vie.
C’est toute l’importance du travail personnel : il permet d’améliorer la compréhension que l’on a de quelque chose. On améliore cette compréhension même quand on a le sentiment de n’avoir rien compris … et de n’y rien comprendre.

La difficulté rencontrée est un signe qu’on apprend


Je suis dans la confusion, je n’y comprends rien : quand j’ai une leçon à retenir ou une activité à faire et que je rencontre une forte difficulté … il y a toujours de bonnes questions à se poser pour « ne pas en rester à la difficulté ». Dans de tels cas, surtout, il est essentiel de ne pas dire trop vite je n’y comprends rien, on pourrait s’en convaincre .
Comprendre implique toujours un temps de difficulté … Pour progresser il faut accepter cela. Comprendre sans difficulté pourrait vouloir dire qu’on apprend peu : soit on sait déjà et dans ce cas il faut se confronter à plus complexe … ou alors on ne voit pas « ce qui est à comprendre » … ce qui est embêtant.

Quelles sont les bonnes questions :

  • Quel est le lien entre ce que je suis en train de faire et ce qu’on a appris en classe ?
  • Qu’est ce que je sais là dessus ?
  • Qu’est ce que j’ai déjà fait à ce propos ?
  • Quelles traces puis-je consulter sur mes cahiers, sur le livre ?
  • Bien que j’ai le sentiment de n’y rien comprendre, qu’est-ce que je comprends malgré tout ?
  • Si je devais préciser en quoi consistent mes difficultés, qu’est-ce que je dirais ?
  • Quelle(s) question(s) pourrais-je exprimer pour obtenir un appui pour certaines des difficultés ?
  • Pourrais-je trouver des éléments de réponse au CDI ? sur une encyclopédie ? sur un dictionnaire ? sur Internet ?

Une remarque ?