PRATIQUE MATH

Accueil du site > APPROCHE PAR COMPETENCE ET SOCLE COMMUN > MODALITES DE FONCTIONNEMENT : Trois référents de l’action de l’enseignant de (...) > La démarche PORT FOLIO L’entrée par les compétences dans la formation des (...) > Evaluation à un palier d’une compétence du socle commun : quelle communication (...)

Evaluation à un palier d’une compétence du socle commun : quelle communication aux familles ?

COMPETENCES DU SOCLE COMMUN : Fiche de positionnement, bulletin, attestation ...

samedi 7 novembre 2009, par Alfred Bartolucci


PDF - 41 ko
Bulletin PALIER 1
PDF - 51.8 ko
Bulletin PALIER 2

RAPPEL : Programme et socle commun : le suivi des élèves

A un niveau donné, en référence à des programmes donnés et en lien avec la progression effective des apprentissages, l’enseignant organise le suivi pédagogique dans sa classe. Pour prendre en compte le potentiel réel de ses élèves il adapte, au moins à certains moments, les activités d’apprentissage et d’évaluation. Pour piloter cette adaptation il met en place divers outils et modalités qui permettent de jauger, à un moment donné « la zone proximale de maîtrise » de chaque élève avec comme référents les attendus du programme mais aussi ceux du socle commun. Aujourd’hui, le suivi pédagogique dans une classe gagne à se faire sur les compétences du socle commun : Maitrise de la langue, Maîtrise d’une langue vivante étrangère, … Mais ces sept compétences ne sont pas spécifiques du socle commun. Les attendus du programme s’évaluent aussi sur ces sept compétences. Ce qui est spécifique du socle est un niveau particulier de maîtrise sur chaque compétence. Les grilles de référence définissent à trois paliers CE1, CM2 et Troisième le niveau attendu sur chacune des sept compétences. A chaque palier tous les élèves devraient maîtriser les compétences du socle commun au moins au seuil décrit dans les grilles de référence du palier. Ce seuil n’est pas un but mais un plancher, il définit ce qu’il est indispensable que chaque élève maîtrise pour chaque compétence. Dans le cadre des programmes, les apprentissages ont à proposer d’autres défis de maîtrise …

Outils de communication sociale de l’évaluation des élèves

La mise en place du socle commun engage des transformations profondes des pratiques d’apprentissage et d’évaluation. Le contrat de l’évaluation classique, qui implicitement définit les attentes des divers acteurs dont les parents, se trouve modifié. De ce fait, les outils de communication sociale aux familles ont à être repensés pour tenir compte de ces changements. Ce travail est à conduire avec deux systèmes de vigilance :

  • répondre au besoin d’information des familles sur l’évolution scolaire de leur enfant dans le nouveau système en place.
  • Eviter des outils de communication sociale trop lourds à renseigner et qui de ce fait accaparent une grande part du temps de l’enseignant. Un système lourd de collecte analytique d’informations, outre le fait que l’enseignant n’a plus beaucoup de temps pour accompagner et stimuler ses élèves, permet difficilement la production d’une synthèse qualitative en cohérence avec l’approche par compétences et lisible par les parents.

Une proposition à discuter

A partir du document d’attestation mis en ligne sur le site EDUSCOL nous proposons deux « bulletins » à destination des familles. Sur le document à destination des parents, au-delà des informations d’identifications de l’élève, figurent :

  • chaque compétence du socle avec les divers domaines qui la composent accompagnés d’un descriptif (abrégé pour des raisons de lisibilité)
  • une échelle de positionnement sur laquelle est indiqué seuil « socle » et un espace pour des observations.

La synthèse pour les parents, à un moment donné de l’année et en fonction des apprentissages réalisés, comporte pour chaque compétence un positionnement de la maîtrise de l’élève :

  • compétence maîtrisée globalement au niveau socle
  • compétence maîtrisée globalement à un niveau inférieur au socle
  • compétence maîtrisée globalement à un niveau supérieur au socle

La décision de la position de l’élève sur une compétence en fin de période n’aurait aucun sens si les apprentissages et les évaluations n’étaient pas orientées à faire en sorte que chaque élève traite des situations suffisamment globales pour être liées à la compétence. Mais aussi, les élèves, au cours de la période, s’exercent sur des situations qu’ils sont en mesure de traiter. De ce fait

  • Pour des élèves qui ne maîtrisent pas une compétence donnée au niveau socle, on a pu collecter des réussites sur certains domaines de cette compétence dans telle ou telle matière. Le commentaire qui accompagne la décision de position sur la compétence portera sur des conseils pour atteindre un autre seuil de maîtrise.
  • Pour des élèves qui ont une compétence reconnue au niveau socle, on a pu collecter des réussites sur certains domaines de cette compétence qui développées ou étendues à telle ou telle matière lui permettraient de passer un seuil de reconnaissance attesté au delà du socle. On retrouve ici le modèle du CECRL qui définit l’exigence socle au niveau A2 mais des élèves peuvent progresser vers B1. Le commentaire qui accompagne la décision de position, formulera des conseils en ce sens.
  • Pour des élèves qui sont positionné sur une compétence donnée au-delà des attendus du socle, le commentaire qui accompagne la décision de position apportera des précisions sur des directions d’investissement de ces élèves pour élargir leur maîtrise. Cet aspect est nouveau dans le contrat scolaire actuel : pour un très bon élève on ne voit pas souvent ce qu’on peut lui proposer … alors qu’il peut s’ennuyer.

Règles possibles pour positionner un élève sur une compétence :

  • Pour attester la maîtrise d’une compétence, on apprécie la maîtrise de chaque domaine, sans exiger de l’élève qu’il les maîtrise tous. Toutefois, il est recommandé que l’élève ait au moins une des connaissances, capacités et attitudes dans les domaines qu’il ne maîtrise pas.
  • Pour attester les acquis d’un domaine, on l’apprécie globalement, sans exiger de l’élève qu’il maîtrise chacune des connaissances, capacités et attitudes qui le composent.
  • Pour attester d’un acquis d’un domaine on s’appuie sur des vérifications effectuées dans au moins deux disciplines.

Pour un commentaire ou une suggestion !