PRATIQUE MATH

Accueil du site > APPROCHE PAR COMPETENCE ET SOCLE COMMUN > MATHEMATIQUES ET SOCLE COMMUN > Décision d’acquisition du palier socle pour chacune des 7 compétences

Décision d’acquisition du palier socle pour chacune des 7 compétences

Modalités de prises de décisions : suivi et attestation

dimanche 9 janvier 2011, par Alfred Bartolucci


Entêtes des grilles de référence pour chaque compétence

Compétence 1 – La maîtrise de la langue française

Cette compétence est déclarée acquise lorsque l’élève est capable de mobiliser un ensemble intégré de ressources dans divers contextes d’évaluation, au sein non pas d’une seule discipline mais nécessairement de plusieurs d’entre elles. Dans un premier temps, il s’agit d’apprécier les capacités de vos élèves dans votre discipline. Dans un second temps, la validation de la compétence « Maîtrise de la langue » fait l’objet d’une décision collégiale.
NB. L’évaluation se fera en toutes disciplines, dans les activités ordinaires de la classe. Toutefois, certaines capacités sont à évaluer seulement en cours de français (cf. phrases en italique).

Compétence 2 – La pratique d’une langue vivante

L’attestation est renseignée par le professeur de la langue vivante étudiée choisie par l’élève en s’appuyant sur les descripteurs de capacités du niveau A2 dans le respect des programmes d’enseignement qui définissent le cadre des savoirs culturels, lexicaux, grammaticaux et phonologiques. L’évaluation des connaissances et capacités doit être contextualisée afin de placer l’élève en situation de communication écrite ou orale au travers de tâches à réaliser (participer à un jeu de rôle, prendre part à un débat, composer un poème, rédiger une lettre, faire une présentation, rendre compte d’une lecture, d’un événement, raconter une histoire, mener à bien une recherche…).

Compétence 3 – Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

L’acquisition des principaux éléments de mathématiques est évaluée dans le cadre de la résolution de problèmes. Celle-ci met en jeu des compétences transversales : rechercher et organiser l’information, expérimenter, raisonner, argumenter, communiquer. La résolution de problème doit être appréciée avec discernement : ce n’est pas parce que le résultat final est faux que l’élève n’a pas fait la preuve de certaines capacités. De même, on distinguera ce qui relève de la connaissance du vocabulaire mathématique et ce qui relève de la compréhension du concept (par exemple : périmètre et aire). La maîtrise des principaux éléments de culture scientifique et technologique s’acquiert d’une part en mobilisant les connaissances des différents champs du socle dans des situations simples de la vie courante, d’autre part en pratiquant une démarche scientifique ou technologique. L’évaluation de l’acquisition des compétences du socle commun est réalisée lors des évaluations habituelles, à travers les devoirs surveillés et les devoirs à la maison mais également en situation de classe ; c’est le cas, par exemple, du calcul mental, de l’utilisation des TICE, de l’initiative, des aptitudes liées à la pratique d’une démarche expérimentale ou du travail en groupe. La pratique quotidienne de la classe offre une occasion unique de validation, indépendante de la qualité d’expression, celle-ci étant très régulièrement un facteur de blocage pour certains élèves capables de raisonner et d’expliquer oralement leur raisonnement mais ayant du mal à s’approprier les canons traditionnels de la rédaction scientifique. La validation de la compétence 3 du socle commun doit être faite en concertation par les quatre professeurs concernés (physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre, technologie et mathématiques).

Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication

La culture numérique implique l’usage sûr et critique des techniques de la société de l’information. Il s’agit de l’informatique, du multimédia et de l’Internet, qui désormais irriguent tous les domaines économiques et sociaux. Ces techniques font souvent l’objet d’un apprentissage empirique hors de l’école. Il appartient néanmoins à celle-ci de faire acquérir à chaque élève un ensemble de compétences lui permettant de les utiliser de façon réfléchie et plus efficace. Les connaissances et les capacités exigibles pour le B2i collège (Brevet informatique et Internet) correspondent au niveau requis pour le socle commun. Elles sont acquises dans le cadre d’activités relevant des différents champs disciplinaires. Le brevet informatique et Internet est une attestation qui comporte trois niveaux de maîtrise des technologies de l’information et de la communication. Le niveau collège atteste l’acquisition des connaissances, capacités et attitudes que les élèves doivent maîtriser à l’issue de leur scolarité au collège. La feuille de position B2i (Brevet informatique et Internet – Collège) vous permettra d’organiser cette évaluation. Elle est disponible sur le site : http://eduscol.education.fr/B2i

Compétence 5 – La culture humaniste

La culture humaniste se construit à travers plusieurs disciplines enseignées au collège. Elles contribuent à transmettre des repères géographiques, historiques, littéraires et artistiques communs tissant ainsi les fils d’une culture à la fois commune à tous et ouverte à l’altérité.

Compétence 6 – Les compétences sociales et civiques

Ces compétences transversales visent l’insertion sociale de l’élève, futur citoyen. Tout au long de leur scolarité obligatoire, les élèves s’approprient les valeurs et le sens des règles de la vie collective, que ce soit au niveau local (règlement intérieur de l’établissement), national (loi) ou éthique (Droits de l’homme). Tous les lieux et moments de la vie du collégien peuvent être des occasions d’acquisition de ces compétences : en classe, au CDI, dans le cadre de la vie scolaire et également en participant à des projets du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), de classe, clubs, association sportive, formation des délégués…). La pratique quotidienne de la classe offre une occasion unique de validation indépendante de la qualité de l’expression des élèves, celle-ci étant très régulièrement un facteur de blocage pour certains.

Compétence 7 – L’autonomie et l’initiative

L’autonomie et l’initiative s’acquièrent tout au long de la scolarité, dans chaque discipline et activité scolaires. Elles sont évaluées par l’équipe éducative globalement au travers de l’implication des élèves : différents projets, parcours de découverte des métiers et des formations, rôle de délégué, etc. L’esprit d’initiative est développé par la mise en œuvre d’activités différentes dans et hors les cours : préparation d’exposé, recherche d’un stage, projets collectifs. L’élève doit apprendre à travailler en équipe, à communiquer, à trouver des solutions, à passer de la réflexion à l’action. L’esprit d’initiative est nécessaire pour s’investir dans des actions et projets individuels ou collectifs, l’autonomie est indispensable pour les réaliser. L’élève développe son autonomie, en ayant à faire des choix, à se confronter à des situations complexes à comprendre ou à organiser. En ce sens, l’auto-évaluation est une pratique favorisant l’autonomie. La qualité de sa réflexion distanciée participe à la validation globale de cette compétence.

Validation des attestations

Proposition de principes de faisabilité pour valider
Il convient pour valider les attestations, d’adopter les règles suivantes :

  • Pour attester la maîtrise du socle commun, toutes les compétences (piliers) doivent être validées. Les sept compétences du socle commun ne sont pas compensables entre elles.
  • Pour attester la maîtrise d’une compétence, on apprécie la maîtrise de chaque domaine, sans exiger de l’élève qu’il les maîtrise tous. Toutefois, il est recommandé que l’élève ait au moins une des connaissances, capacités et attitudes dans les domaines qu’il ne maîtrise pas.
  • Pour attester les acquis d’un domaine, on l’apprécie globalement, sans exiger de l’élève qu’il maîtrise chacune des connaissances, capacités et attitudes qui le composent.
  • Pour attester d’un acquis d’un domaine on s’appuie sur des vérifications effectuées dans au moins deux disciplines.

Proposition de modalités pour décider d’attester ou non

  • Au début de chaque année toutes les compétences sont attestées pour tous les élèves.
  • Sur la base du suivi dans chaque discipline attentes du socles liées aux contenus des programmes et attentes du socles plus générales articulées avec des priorités décidées dans la discipline sur les quatre années au fur et à masure des apprentissages, repérer les élèves qui manifestent des seuils de maîtrise qui font craindre qu’il ne soit en dessous du plancher et prendre des mesures de suivi pendant les cours (plus de sollicitations, ajustements des exigences, ...) et si besoin envisager des décisions de suivi plus coordonnées de cet élève en conseil de classe. Exemples de priorités décidées en mathématiques sur les 4 années :
    • S’organiser pour chercher : Rechercher, accepter de ne pas savoir faire tout de suite, extraire et organiser de l’information, Faire des essais, envisager et explorer des possibles, Identifier ce qui bloque, ce qu’on pourrait utiliser.
    • Rédiger, mettre au propre, améliorer un écrit ; Mettre en phrases et organiser le propos en tenant compte de la situation et du destinataire, Contrôler l’orthographe d’usage, la correction des phrases et la précision du vocabulaire, Assurer la lisibilité de l’écriture et la qualité de la présentation
    • Présenter la démarche suivie, les résultats obtenus, communiquer à l’aide d’un langage adapté a l’oral, décrire et justifier les étapes, s’exprimer de façon à se faire comprendre.
  • Dans le cadre de ce suivi, en conseil de classe, des disciplines peuvent demander de décocher l’attestation de telle ou telle compétence pour tel élève : si deux disciplines sont en désaccord, la compétence n’est pas décochée, mais les disciplines où cela s’impose, assurent un suivi particulier sur la compétence. Si la compétence est décochée, on pourra décider de l’attester à nouveau à un autre conseil de classe.
    • En fin d’année, la plupart des élèves, du fait que le socle est un plancher de vigilance et on un but, devraient être attestés de fait. On n’a pas à faire l’inventaire des croix. La discussion d’attestation ou non se limitera aux seuls élèves qui auront été décochés pour telle ou telle compétence.

Exemple d’outils de collecte par l’élève de ses réussites en maths C’est sur cette base que l’enseignant assure le suivi de l’élève :

  • décisions de prise en compte de certains besoins
    - décision de demander à décocher telle compétence du socle

Pour un commentaire ou une suggestion !