PRATIQUE MATH

Accueil du site > BANQUE D’ACTIVITES PAR COMPETENCE > Activités sur la compétence MATHEMATIQUE M3 : Traiter des données > Se préparer à réaliser une enquête sur la question des déchets

Se préparer à réaliser une enquête sur la question des déchets

Quelques règles à respecter pour réaliser une enquête par questionnaire ?

mardi 6 décembre 2011, par Alfred Bartolucci


La situation de traitement d’enquête amène à clarifier quelques repères qui permettront aux enseignants de mieux suivre les élèves et aux élèves de disposer de points de repères pour se réguler.

PDF - 30.5 ko
Documents

Quelques règles à respecter pour réaliser une enquête par questionnaire ?
Une enquête a pour but de connaître des points de vue, de faire apparaître des composantes d’un problème. Mais comme elle est introduite par un enquêteur auprès d’un questionné qui n’a rien demandé, elle peut induire chez celui-ci une attitude « moins naturelle de réponse » qui peut biaiser les résultats.

La définition des objectifs
Tout projet d’enquête a un objectif : répondre à une interrogation, vérifier une hypothèse que l’on fait. Commencer une enquête sans se donner un objectif clair et bien ciblé peut conduire à des conclusions après coup qui courent le risque d’être fallacieuses à l’insu même des concepteurs.
Si l’objectif est limité le questionnaire qui lui correspond est mieux ciblé ce qui évite toute dispersion de l’attention du questionné et garanti des réponses de plus grande qualité.
Chaque question du questionnaire doit participer à la réponse de l’objectif de l’enquête : se garder de toute question que l’on trouve « intéressante » sans être en lien avec l’objectif. On court le risque de surcharger la lecture des résultats et de fait de détourner le l’objectif fixé.

Le public cible, le choix de l’échantillon
Quelles personnes et combien doit-on interroger pour que les résultats soient fiables, représentatifs ? Il est essentiel de bien identifier la population sur laquelle porte l’enquête : les élèves du collège, les personnes vivant dans l’entourage des élèves du collège, des adultes sur le marché de tel village, … Zone géographique, groupe particulier de personnes, classe d’âge, …ces éléments seront déterminants pour le périmètre des conclusions que l’on pourra tirer. En théorie, pour une population donnée, les personnes concernées doivent être sélectionnée par tirage aléatoire Chaque membre du groupe doit avoir exactement la même chance que les autres de participer à l’enquête.
Souvent on a recours à la méthode des quotas. On identifie dans la population cible des critères de répartition de diverses catégories qui composent la population puis on choisit un échantillon de personnes à interroger qui respecte cette répartition. Généraliser des résultats à l’ensemble d’une population (pour un grand nombre de personnes) alors que l’étude s’est faite sur un échantillon impose des conditions de taille de l’échantillon. Si l’échantillon a une très petite taille la généralisation peut être hasardeuse ; mais les résultats ne sont pas deux fois plus fiables si on interroge 2000 personnes à la place de 1000 personnes. La question d’échantillonnage pour une enquête est très complexe. Pour éviter certaines erreurs on peut tirer des conclusions en référence aux personnes interrogées sans prétention de généralisation.

La conception du questionnaire
Un bon questionnaire est ciblé sur un thème précis, lisible pour les questionnés, facile pour la passation. Ceci admis, un bon questionnaire doit aussi permettre un traitement sans problème. Le traitement que l’on fera doit être anticipé et défini dès la phase de conception du questionnaire. De simples précautions au moment de la formulation des questions permettent un traitement simplifié et la production d’informations plus pertinentes pour l’analyse.

La structuration du questionnaire
Le questionnaire doit tenir sur une ou deux feuilles avec deux parties indispensables :

  • Une partie permettant de caractériser celui qui répond.
  • Une partie sur l’objet de l’étude.
    L’interprétation des résultats se fonde sur le croisement de ces deux catégories de variables.
    Il est préférable d’ordonner les questions en « entonnoir », du général au particulier, les questions les plus personnelles arrivant à la fin. Commencer par des questions personnelles peut inquiéter le questionné et l’amener à donner des réponses moins sincères.

La rédaction des questions

  • Formuler des questions courtes, chacune permettant d’obtenir une information recherchée sur un seul aspect.
  • Pour que les questions soient claires il convient de n’utiliser que des mots du langage courant et ayant une seule signification.
  • Si on a absolument besoin d’utiliser des termes techniques il faut en donner une explication claire dans la question.
  • D’autre part pour éviter toute confusion éviter les formes négatives ou interro-négative : « Pensez-vous qu’il n’est pas vrai que la science peut résoudre à terme le problème de pénurie de pétrole ? »

Troistypes de questions

  • La question fermée qualitative :
    On propose une liste de réponses et la personne interrogée doit en choisir
    • une
    • plusieurs.
      Ces questions qualitatives sont faciles à traiter mais exige lors de sa conception d’avoir prévu à l’avance toutes les réponses possibles à la questions. Le choix « AUTRES » permet de collecter des réponses non prévues (mais biaise les résultats car ces réponses « autres » n’ont pas été proposées au choix à l’ensemble des questionnés).
  • La question fermée numérique
    Question qui appelle une réponse chiffrée : effectif, mesure, âge, prix, …
    Si au lieu de demander un nombre pour réponse on propose de choisir des tranches de valeurs (intervalles), dans ce cas on passe à une question qualitative.
  • La question ouverte
    Question qui propose librement par une ou plusieurs phrases.
    Ces questions nécessitent un traitement d’analyse de contenu. Dans le cadre de ce travail on n’utilisera pas ces questions mais on les remplacera par des questions fermées.

Tester le questionnaire
Avant toute passation le questionnaire doit être testé sur un petit échantillon pour d’éventuelles améliorations avant la réalisation de l’enquête.

La collecte des réponses
Questionnaire posé en face à face, rempli par l’enquêteur.
Questionnaire rempli en autonomie mais en présence de l’enquêteur
Questionnaire rempli en différé et en autonomie réacheminé après à l’enquêteur.

Creative Commons License
PRATIQUE MATH by Alfred BARTOLUCCI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à a.bartolucci@orange.fr.