PRATIQUE MATH

Accueil du site > APPROCHE PAR COMPETENCE ET SOCLE COMMUN > MODALITES DE FONCTIONNEMENT : Trois référents de l’action de l’enseignant de (...) > La démarche PORT FOLIO L’entrée par les compétences dans la formation des (...) > Socle commun de connaissances et de compétences : par quoi commencer (...)

Socle commun de connaissances et de compétences : par quoi commencer ?

Questions à se poser pour identifier des pistes à travailler en équipe, pour clarifier ce qu’on peut faire en fonction de réalités propres

lundi 18 janvier 2010, par Alfred Bartolucci


Le texte qui définit le cadre et les enjeux du socle du commun mais aussi les divers outils qui l’accompagnent (grilles de référence, items d’évaluation, support d’attestation …) exercent une influence sur :

  • Les pratiques de chaque enseignant
  • La cohérence d’équipe disciplinaire, de cycle, d’établissement
  • L’organisation au service de l’accompagnement des élèves
  • Les coordinations de bassin
  • Les modalités pratiques d’attestation du socle commun

Les pratiques de chaque enseignant

  • Quelle utilité pour les pratiques habituelles de classe dans ma discipline, pour des ajustements en vue d’une meilleure formation des élèves et d’une évaluation en vue de mieux accompagner certains ?
  • Quels appuis, ces outils peuvent-ils offrir pour différencier les apprentissages (groupes de compétences, faire travailler les élèves au plus près de leur potentiel de réussite, contribuer à les impliquer et les responsabiliser sur des seuils de maîtrise à leur portée) ?
  • En quoi, ces outils me suggèrent des pistes pour un déroulement des séances de cours visant à développer la socialisation, la responsabilisation et la prise d’initiative des élèves avec des repères pour évaluer les effets (par élèves et prof).
  • En quoi les épreuves d’évaluation dans ma discipline peuvent permettre de repérer des réussites différentes mais aussi des besoins en lien avec le socle ? (épreuves communes et évaluation différenciée) ? La différenciation introduite dans une épreuve satisfait-elle à la logique de distillation fractionnée ou à celle d’évaluation par paliers de complexité (piste blanche, piste verte, piste noire, piste super noire) ?
  • Comment intégrer, dans les cours ordinaires des temps d’apprentissages en sous groupes différenciés ? A quelles conditions ces temps peuvent être stimulants et bénéfiques à tous les élèves ?
  • Comment dans mes cours puis-je former les élèves à verbaliser ce qui est compris ou la démarche suivi, à reformuler ce qui est lu ou entendu, à écouter, à confronter leurs points de vue avec d’autres en assurant un repérage et un suivi des effets ?
  • Comment dans les séances et les séquences est prise en compte et est suivie la compétence des élèves à communiquer par écrit, à améliore un écrit ?

La cohérence d’équipe

  • En quoi les outils sur le socle commun permettent-ils de préciser dans chaque discipline
    • des situations de mobilisation globalisante des contenus du programme,
    • des objectifs prioritaires stratégiques (compétences, méthodes et attitudes), non spécifiquement disciplinaires, mais choisis comme essentiels pour former les élèves dans la discipline, avec une mise en parcours de 6° à 3° de seuils de progrès possibles pour les élèves réels de l’établissement ?
  • En quoi ces outils aident-il l’équipe éducative à mettre en cohérence, sur la base des objectifs stratégiques définis dans chaque matière, la formation globale des élèves sur les sept compétences du socle commun ?
  • Quels supports et quels protocoles praticables en cohérence avec les orientations du socle se donner pour un suivi des acquisitions des élèves et pour leur positionnement à divers moments de leur parcours ?
  • Quelle vigilance sur la pertinence de ce qu’on décide de faire par rapport aux enjeux du socle mais aussi par rapport à ce qui est « praticable » au quotidien ? En quoi ce que nous nous apprêtons à faire est pensé pour être, pour l’essentiel au moins, compris par les élèves, utile à leur meilleure réussi ?

L’organisation au service de l’accompagnement des élèves

  • Quelle organisation des regroupements des élèves, du temps des élèves serait à penser pour prendre en compte effectivement des besoins spécifiques ? Quelles seraient les conséquences sur l’organisation globale des emplois du temps des enseignants ? Quels sont les obstacles à dépasser ou les dérives à éviter ?
  • Quand des élèves stagnent, ne maîtrisent pas les attendus du socle, quelles autres alternatives au soutien classique ? A quelles conditions (contrat, coordination, modalités, personnes concernées) la mise en place de PPRE pour certains élèves peut-elle avoir des effets notables ?
  • En quoi, la prise en compte des attendus du socle dans chaque discipline et la définition dans chacune d’objectifs stratégiques constituent un cadre pour repérer des élèves à besoins spécifiques par rapport à certaines des sept compétences du socle ? En quoi le cadre du socle commun et sa traduction dans les pratiques permet d’identifier et de hiérarchiser des besoins à prendre en compte chez des élèves qui manifestent des difficultés ?
  • Quelle préparation et quel déroulement des conseils de classe pour mieux traiter l’évolution des acquis des élèves et ainsi être en mesure de prendre les décisions d’accompagnement susceptible de prévenir des repérages tardifs et de rétablir des élèves sur attendus du socle ? En quoi des modifications envisagées pour le fonctionnement des conseils de classe sont perçues comme souhaitables et faisables en pratique ? Comment être vigilant dans les protocoles envisagés, à ce que le rôle de professeur principal ne devienne de fait, une mission impossible par l’irréalisme de ce qu’on attend de lui ?

Les coordinations de bassin

  • En quoi, dispose-t-on de repères pour travailler avec plus de cohérence l’articulation entre cycles, notamment, la liaison Ecole – Collège ?
  • Au-delà de la seule dimension informative réciproque quelles initiatives prendre sur un bassin scolaire pour assurer une continuité du suivi de certains élèves, une cohérence dans les méthodes, une vigilance pour la valorisation et la stabilisation des acquis ?
  • En quoi, la prise en compte du socle commun, permet sur les quatre années du collège de diversifier les réussites et de garantir chez tous les sortants un meilleur potentiel (savoirs, savoir-faire, savoir-être) utile à la poursuite de leur formation dans les diverses voies possibles ?
  • Quelles vigilances et coordinations assurer pour que le socle de plancher, ne fonctionne comme but à satisfaire et ainsi faire courir le risque que certains élèves soient moins bien formés à des seuils de compétences utiles pour suivre avec bénéfice, notamment, en seconde ?

Les modalités pratiques d’attestation du socle commun

  • En quoi le fait de travailler naturellement mais explicitement avec les élèves sur des « priorités socle » dans chaque discipline, de faire le point régulièrement et de chercher à intervenir sur des besoins repérés, permettrait de limiter de façon conséquence l’ampleur de la tâche prise de décision d’attestation du socle pour chacun des élèves en fin de collège ?
  • Une pratique excessive du cochage, a l’inconvénient d’être lourde, fastidieuse et privilégie un état analytique des acquis de chaque élève : on ne favorise pas, de cette façon, une lecture globale, pour chacune des compétences du socle, de ce que sait faire l’élève et jusqu’où. Quelles modalités envisager pour éviter l’écueil des listes à cocher ? Quelle mémoire constituer des réussites des élèves ? Comment éviter que la gestion des pratiques et des supports d’évaluation submerge l’activité des enseignants et enferme et les déresponsabilisant les élèves ?
  • Comment, d’abord séparer pour ensuite articuler sans jamais confondre, le document officiel d’attestation (papier ou logiciel GISCO) et les divers outils et support de l’évaluation et du suivi pédagogique ? En quoi, en ne confondant pas les outils de l’accompagnement pédagogique et les outils de la communication sociale on simplifie la mise en œuvre du socle pour les équipes et on assure une meilleure efficience des investissements consentis ?
  • Au-delà de la seule dimension informative réciproque quelles initiatives prendre sur un bassin scolaire pour assurer une continuité du suivi de certains élèves, une cohérence dans les méthodes, une vigilance pour la valorisation et la stabilisation des acquis ?

Pour un commentaire ou une suggestion !