PRATIQUE MATH

Accueil du site > APPROCHE PAR COMPETENCE ET SOCLE COMMUN > MODALITES DE FONCTIONNEMENT : Trois référents de l’action de l’enseignant de (...) > Prendre en compte l’hétérogénéité comme un fait et non comme une anomalie à (...) > Pour quoi j’écris ?

Pour quoi j’écris ?

Ecrire ce n’est pas qu’une exigence, c’est une compétence !

jeudi 20 janvier 2011, par Alfred Bartolucci


La compétence du socle commun, maîtrise de la langue française se décline en LIRE ; ECRIRE ; PARLER ; UTILISER DES OUTILS. Dans chaque discipline ces dimensions sont impliquées. Mais cette évidence peut être un piège. Pour le professeur de mathématiques, par exemple, spontanément pour la compétence écrire on entend bien écrire. Chassez le naturel et il revient au galop !
Si on traite la compétence ECRIRE sous l’angle bien ou mal écrire, les critères sur lesquels on se centrera seront :

  • rédiger des phrases courtes et correctement construites.
  • utiliser un vocabulaire précis adapté.
  • rendre lisible le texte produit (graphie)
    Il n’y a là rien de nouveau. On traite la compétence comme une exigence : notre préoccupation est le bien écrire des élèves. On évite, par ce fait la clarification nécessaire pour les enseignants et pour les élèves sur la question : dans telle matière pour quoi les élèves ont-il à écrire ?

Ci-dessous nous avons cherché à explorer une variété de telles circonstances. Dans chaque discipline on gagne à repérer celles qu’on investit naturellement, celles qui pourraient l’être. C’est sur cette base que la prise de conscience progressive des élèves est à engager et que des critères, en situation sont à progressivement stabiliser. Il y a fort à parier que l’exigence de phrases construites comme celle du vocabulaire spécifique, si elles ne sont pas abandonnées, sont bien loin d’être au centre des préoccupations.

Document adapté aux maths
PDF - 20.1 ko

Pour quoi j’écris ?

S’affirmer :

  • Ecrire des informations pour se présenter en choisissant celles qui sont pertinentes et avec une mise en forme adéquate dans la situation donnée.
  • Exprimer par écrit ses sentiments, ses sensations, ce que l’on aime et ce qu’on n’aime pas, ses réussites, ses besoins, pour se définir.

Imaginer, créer, chercher à partager ses émotions :

  • Composer un texte poétique à partir d’un thème libre ou imposé, à partir ou non de supports écrits, visuels, auditif, …
  • Composer un texte de fiction, narratif à partir de thèmes ou de trames libres ou imposés

_ Correspondre :

  • Echanger par écrit, courriers ou courriels, pour informer, pour informer, pour communiquer en vue de confrontations, de collaborations dans le cadre d’une action ou d’un projet communs.

Demander, questionner, faire réagir :

  • Composer le texte d’un énoncé, une consigne, les étapes d’une procédure, un protocole
  • Rédiger des questions sur un champ de savoir, sur un thème ou relatives à un problème en vue de susciter un débat et de solliciter le repérage et l’organisation d’éléments de réponse.

Informer, raconter, rendre compte, rendre explicite :

  • Rédiger pour communiquer de façon structurée des informations, raconter un fait, une histoire, répondre à une demande
  • Rendre compte par écrit (texte, schéma, tableau) d’une démarche, d’une organisation, d’un réseau de relations (entre des faits, entre des notions, entre des questions).

Prendre position, s’engager :

  • Justifier par écrit un choix, un point de vue, expliquant une erreur.
  • Argumenter par écrit un choix, un point de vue, une prise de position, une action projetée.

Mettre à plat :

  • Sur une question globale, sur un champ complexe de savoirs, rappeler en vrac des éléments en mémoire, les noter, les organiser, contrôler les manques (savoirs et liens), rechercher des compléments, pour finaliser un document synthèse