PRATIQUE MATH

Accueil du site > HUMEURS, FAITS A PENSER , LECTURES , ... > Circulaire de rentrée 2011 / 2012 : sous couvert de cohérence de parcours (...)

Circulaire de rentrée 2011 / 2012 : sous couvert de cohérence de parcours d’élève vers une généralisation de la numérisation des résultats

Préparation de la rentrée 2011

mardi 14 juin 2011, par Alfred Bartolucci


Parue le jeudi 5 mai 2011 la circulaire de préparation de la prochaine rentrée est parue : Priorités de la rentrée 2011
Pour la première fois, la circulaire de rentrée est interactive : elle renvoie vers Éduscol, Éducnet et education.gouv.fr et son annexe vers les textes réglementaires au Bulletin officiel

Cette circulaire de rentrée prétend s’organiser selon trois lignes de force :

  • priorité absolue donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux
  • personnalisation des parcours des élèves
  • volonté d’accorder une plus grande liberté d’action aux établissements scolaires.

Les lignes de force annoncés et les réalités induites par les modalités promues dans la circulaire ne sont pas toujours en cohérence. Ci après nous présentons le sommaire de la circulaire, on pourra si reporter en suivant le lien ci-dessus. Pour la partie « Améliorer les acquis et les résultats des élèves », nous avons repris les grandes lignes des préconisations, avec quelques remarques qui soulignent, à nos yeux, des aspects positifs et d’autres problématiques. La tonalité s’affirme volontariste, mais le propos procède de la « magie des formules ». Pour les effets tout semble orienté vers un quadrillage des informations, par une évaluation continue, une numérisation des résultats, des interconnexions ... La conception de ce qu’est être compétent se traduit dans un projet d’évaluation / régulation analytique, avec une vision mécaniste du suivi pédagogique. Le tout est au service d’un pilotage du système global fondé résolument sur des quelques indicateurs « numérisables ». Tout ce qui échappe à cette optique est ignoré. C’est aussi redoutable que désolant.

Améliorer les acquis et les résultats des élèves

Points de la circulaireRemarques
Consolider les savoirs fondamentaux dans l’École du socle commun La maîtrise du socle commun, objectif premier de la scolarité obligatoire Dès qu’une difficulté apparaît, qui ne peut être levée par la différenciation conduite dans la classe, l’aide personnalisée est mobilisée, complétée, le cas échéant, par les stages de remise à niveau, ou par l’appel aux aides spécialisées. Chaque élève pourra ainsi atteindre les objectifs fixés sans recours au redoublement qui ne saurait être qu’un ultime recours.L’expression l’École du socle commun est reprise. Elle semble devenir un slogan ce qui confirme le socle commun comme priorité mais n’apporte aucune clarification sur ce que cela couvre.
« NOUVEAUTE ». Stages de remise à niveau de CM2 : A la fin du mois d’août, ils seront organisés, chaque fois que possible, dans les locaux du collège d’affectation de l’élève.On voit se multiplier ce type d’initiatives à divers niveaux de passage pour éviter le redoublement. C’est mieux que l’éviction vers le haut mais ce n’est pas sans ambiguïtés. « Va-t-on faire mieux en une semaine qu’en plusieurs mois ? A quelles conditions cela peut-il être possible ? »
Le suivi en continu des progrès des élèves L’année scolaire 2011-2012 verra la généralisation de la version informatisée du livret personnel de compétences à l’école primaire, déjà en usage au collège. Réunissant les trois paliers de validation du socle commun, il permettra aux équipes d’enregistrer progressivement la validation des compétences pour chaque élève et renforcera ainsi la cohérence de son parcours scolaire. Facile à renseigner et à consulter, il offre toutes les garanties de sécurité et permet une transmission aisée entre établissements scolaires.Partant de truisme « L’acquisition des connaissances et des compétences du socle commun est progressive » et d’argument gratuits « Le livret personnel de compétences au service des élèves, des familles et des enseignants » on ne perd pas un but qui n’est pas anodin : celui de généraliser l’informatisation du livret personnel de compétences.
L’efficacité du livret personnel de compétences dépend de la régularité et de la qualité des évaluations menées en classe. Il convient de mettre en place des modalités diversifiées d’évaluation qui permettent un réel « contrôle continu » des élèves. La qualité et la pertinence de l’évaluation, comme levier de réussite des élèves, doivent être l’objet d’un travail de réflexion collective permanent au sein des écoles et des établissements. L’enseignant veillera particulièrement à ce que les « contrôles » soient annoncés aux élèves et que les points sur lesquels ils porteront aient été travaillés préalablement et soient clairement répertoriés. Il pourra également préciser aux élèves quels items de quelle(s) compétence(s) sont visés par chaque évaluation. Il est rappelé à ce propos que la notation n’est pas contradictoire avec l’évaluation de compétences. La notation est un élément de l’évaluation mais elle n’a pas vocation à définir un seuil de validation de la compétence.Ce discours est soit d’une grande ignorance sur ce qu’est former et évaluer par compétences ou bien il marque une telle détermination à promouvoir une gestion analytique centralisée des acquis des élèves, qu’il ne s’embarrasse même pas des incohérences qu’il contient. Visiblement les enseignants devront savoir résister à une forte pression à mettre en œuvre une vision rationalisatrice de l’évaluation finalisée dans le renseignement d’items d’un livret de compétences ...
À l’école primaire, les évaluations nationales en CE1 et CM2 fournissent un portrait fiable du niveau des élèves à toutes les échelles, de la classe au territoire national. Elles permettent aussi aux professeurs de valider ou d’ajuster les méthodes utilisées en classe, de donner les impulsions pédagogiques nécessaires de façon ciblée et efficace, et d’engager les actions de soutien aux élèves en difficulté. Ces évaluations nationales ont vocation à être complétées par des évaluations conçues à l’échelon de l’école, de la circonscription ou du département.Le dessein est explicite se donner un portrait fiable du niveau des élèves à toutes les échelles, de la classe au territoire national. Au delà d’une démesure dans la prétention à la toute puissance, « évaluer encore et encore pour tout tenir » ce qui est à redouter c’est de voir l’évaluation au service des élèves passer au second plan
Au collège, une évaluation nationale sera expérimentée en classe de 5ème dans les établissements volontaires au cours de l’année 2011-2012. Elle portera sur deux compétences du socle commun. Proposée à mi-parcours de la scolarité au collège, dans le courant du troisième trimestre, elle permettra de disposer d’informations statistiques comme point d’étape entre les évaluations de CM2 et le DNB.Pourquoi pas, le tout est de savoir ce qu’elle sera, ce qu’on en fera et ce qu’on nous poussera à en faire.
« PPRE passerelles » S’appuyant sur les constats du livret personnel de compétences au palier 2, ces rencontres CM2 - Sixième, permettent de formaliser dès la fin du CM2 des « programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) passerelles » conçus dans le cadre des commissions de liaison par le professeur des écoles et les professeurs de français et de mathématiques du collège. Ce PPRE passerelle définit les objectifs d’apprentissage prioritaires et les modalités de poursuite des aides engagées dès le début de la sixième.L’idée est intéressante, mais les pièges de simplification et de répétition sont nombreux. Une telle orientation associée à une évaluation mécanisée sur des pointages fréquents sur des items peu univoques serait d’entrée biaisée.
L’accompagnement personnalisé en 6ème il a pour objectifs d’aider l’élève, notamment dans l’organisation de son travail, et de proposer différentes modalités de soutien et d’approfondissement. L’accompagnement personnalisé sera spécifiquement mis à profit en début d’année scolaire pour effectuer les mises à niveau nécessaires. Il repose sur une offre diversifiée qui, en plus de l’aide aux devoirs et aux leçons, permet aux élèves de s’ouvrir aux arts et à la culture, à la pratique sportive et aux langues vivantes. Il offre aux élèves qui en ont les possibilités et l’envie un approfondissement dans les domaines d’apprentissage des programmes. L’accompagnement éducatif doit être mobilisé au service de la réussite scolaire. Il vient compléter les dispositifs mis en place pour les élèves en difficulté. À ce titre, il peut s’intégrer parmi les actions d’un PPREDes ouvertures intéressantes à saisir

Plan de la circulaire de rentrée septembre 2011

1 Améliorer les acquis et les résultats des élèves

  • 1-1 Consolider les savoirs fondamentaux dans l’École du socle commun
    • La maîtrise du socle commun, objectif premier de la scolarité obligatoire
    • La maîtrise de la langue française et des mathématiques
    • La sensibilisation précoce à la première langue vivante
    • Le suivi en continu des progrès des élèves
    • La continuité école-collège - vers l’école du socle commun
    • L’accompagnement éducatif
  • 1-2 Poursuivre la réforme du lycée
    • Consolider la mise en place de la classe de seconde
    • Mettre en œuvre la réforme en classe de première
    • Développer les stages de remise à niveau, les stages passerelles
    • Réussir la rénovation de la voie technologique
    • La classe terminale professionnelle
    • Poursuivre l’accompagnement des établissements scolaires dans la mise en œuvre de la réforme du lycée
    • L’enseignement des langues vivantes
    • L’ambition culturelle et la vie lycéenne
    • Renforcer la transmission des valeurs de la République
  • 1-3 Renforcer les dispositifs au service de la réussite scolaire : Éclair, ERS et internats d’excellence
    • Éclair et l’éducation prioritaire
    • Les établissements de réinsertion scolaire (ERS)
    • Les internats d’excellence
  • 1-4 La scolarisation des élèves en situation de handicap et la personnalisation des parcours de formation
  • 1-5 Mobiliser tous les acteurs de l’orientation
    • Réforme du lycée et orientation
    • Nouveaux outils de pilotage et de gestion
    • Mise en œuvre des dispositifs d’initiation aux métiers en alternance (Dima)

2 Accompagner les professeurs

  • 2-1 Améliorer l’accueil et la formation des nouveaux enseignants
    • Pour une entrée réussie dans le métier
    • Des parcours alternés en master pour les étudiants
  • 2-2 Rénover la politique de formation continue
  • 2-3 Développer les ressources et accélérer la diffusion des usages numériques

3 L’établissement scolaire, pivot du système éducatif

  • 3-1 Innover, expérimenter et évaluer
  • 3-2 De l’autonomie à l’évaluation : responsabilité et contractualisation
    • Développer l’autonomie
    • Mobiliser les partenaires
    • Contractualiser et évaluer
    • Assouplir la carte scolaire
  • 3-3 Encourager l’organisation des lycées en réseaux
  • 3-4 Garantir un cadre de travail plus serein
  • 3-5 Lutter contre l’absentéisme et prévenir le décrochage scolaire
    • Lutter contre l’absentéisme
    • Prévenir le décrochage scolaire et apporter des solutions aux décrocheurs
    • Un contexte européen favorable aux initiatives françaises
  • 3-6 Développer l’éducation artistique et culturelle
  • 3-7 Santé et sport scolaire
    • Promouvoir l’éducation à la santé
    • Développer la pratique sportive
  • 3-8 Dialoguer avec les parents